Le secret pour gagner en productivité et passer de travailleur autonome à entrepreneur!

March 26, 2017

 

En tant qu’entrepreneur, je crois que nous avons beaucoup à apprendre de cette façon de penser. Il est essentiel de standardiser nos procédures puis les automatiser.

 

La différence entre un travailleur autonome et un entrepreneur, c’est que l’entrepreneur met en place des systèmes – des procédures – et les automatiser de façon à pouvoir se concentrer sur autre chose à valeur ajoutée.

 

D’une certaine façon, c’est la seule façon de croître.

 

Sans système, nous sommes condamnés à toujours recommencer les mêmes choses et il est donc impossible d’en faire plus sans passer plus d’heures à travailler.

 

Le problème, c’est que même en passant chaque heure éveillée à travailler sur notre entreprise, on ne peut pas inventer plus d’heures, alors, inévitablement notre croissance est freinée.

 

Comme je suis actuellement les deux mains dans ce processus de standardisation, j’ai pensé écrire sur le sujet pour donner de la matière à réflexion aux travailleurs autonomes qui désirent briser leurs chaînes et bâtir une entreprise – et surtout – obtenir les opinions d’autres entrepreneurs qui partageront leurs bons et mauvais coups avec le reste d’entre nous.

 

Alors, sans plus tarder, voici les 3 grandes étapes pour créer une fondation solide sur laquelle bâtir votre entreprise:

  • Standardiser

  • Déléguer

  • Réviser

Dans ce premier article, je n’aborderai que la première étape.

 

Déléguer sans avoir préalablement bien identifié la meilleure façon de faire les choses peut rapidement virer au cauchemar. Mais je partagerai mon expérience à ce sujet dans un prochain article.

 

Pour le moment, concentrons-nous à créer une base solide pour l’expansion de notre entreprise.

 

Vous êtes prêt? C’est parti.

 

Standardisation = Productivité


Tout commence par la standardisation.

 

Dans un premier temps, je vais expliquer comment j’ai perdu des milliers de dollars à cause de ma “non-standardisation” au cours des 3 dernières années.

 

Nous verrons ensuite plusieurs exemples de processus qu’il est possible de standardiser en à peine quelques heures et d’autres, de plus grande envergure, qui ne se font pas du jour au lendemain mais qui sont encore plus profitables.

 

Finalement, nous aborderons les dangers de déléguer sans avoir standardisé.

 

La recette miracle pour jeter du temps (et de l’argent) par les fenêtres


Vous avez deviné, je m’apprête à dévoiler que cette recette miracle c’est… *roulement de tambour*… de ne rien faire de standard.

 

Mais pourquoi cette nouvelle obsession et en quoi cela représente-t-il réellement un suicide financier?

 

Prenons un exemple simple: envoyer une soumission à un client.

 

Avant

  • Ouvrir un nouveau document

  • Décortiquer chaque étape du projet

  • Faire une estimation de temps

  • Décrire la nature et le fonctionnement des services

  • Trouver la meilleure façon de présenter le budget et les termes de paiements

  • Rédiger des arguments convaincants

  • Réviser le document (quelques pages)

  • Envoyer la soumission au client


Temps requis: 1 heure

 

Maintenant

 

  • Ouvrir mon gabarit de soumission pour le service souhaité

  • Mettre le nom du client

  • Rédiger en quelques lignes les spécificités discutées avec le client

  • Retirer les sections superflus au besoin (mon gabarit comporte toutes les options possibles, je n’ai qu’à retirer ce qui est inutile, je n’ai jamais besoin d’ajouter quoi que ce soit.)

  • Envoyer la soumission au client


Temps requis: 10 minutes

 

Je prends volontairement un exemple très simple, qui peut s’appliquer à n’importe qui pour démontrer comment il est possible de sauver quelques dizaines d’heures par année seulement à rédiger des soumissions.

 

Mais qu’en est-il des produits/services plus complexes? J’espérais justement qu’on me pose la question…

 

Par exemple, lorsque je produis une soumission pour la conception d’un site web, même si mon gabarit de présentation suit exactement la formule précédente, le prix en revanche dépend de plusieurs éléments qui varient d’un projet à un autre.

 

Je me suis simplifié la vie avec un simple tableau Excel dans lequel j’ai une liste de tous les éléments possibles et imaginables lors de la conception d’un site et le temps requis pour les exécuter.

 

Résultat: je n’ai qu’à cocher les éléments applicables et en moins de 2 minutes mon évaluation de temps est terminée.

 

Autrement dit, même lorsqu’il n’est pas possible de standardiser un élément, il est toujours possible de standardiser notre façon de faire.

 

Standardiser… avant d’être obligé de le faire


En 2014, mon rapport de dépenses ne comportait qu’une poignée de factures. Retrouver les factures manquantes ne m’a pris que quelques heures, et même si j’en avais oublié quelques unes, ça n’aurait pas représenté des montants très importants.

 

En 2016, j’ai plus de 400 factures dans mon rapport de dépenses. Sans un système efficace, j’en aurais pour une éternité.

 

Pire encore, si mes dépenses d’opération totalisent 50 000$ et que j’échappe 5% de ces factures, c’est jusqu’à 1000$* de profit net que je perds en impôt. Bye-bye.

 

Si vous ne croyez pas avoir besoin de standardiser aujourd’hui, c’est peut-être parce que les choses ne vont pas encore suffisamment vite.

 

Quand le volume augmente (quantité de clients par exemple) les pertes de temps et d’argents sont aussitôt multipliées.

 

Est-ce que cette productivité peut nuire à l’expérience client?


On a souvent peur que la standardisation nuise à l’expérience de nos clients et qu’ils ne se sentent pas uniques ou importants.

 

Laissez-moi vous dire ce qui nuit réellement à l’expérience client:

 

  • Un formulaire de contact qui ne fonctionne pas sur un site web

  • Un électricien qui ne fait pas le ménage avant de partir de la maison

  • Un plombier qui ne coupe pas l’eau avant de commencer à travailler

…et toute ces erreurs peuvent être évitées si nous avons un processus clair dans notre façon de travailler.

 

Dans son livre The checklist manifesto, Atul Gawande démontre comment, même des médecins, font constamment de “petits oublis” lorsqu’ils ne suivent pas leur liste de procédures et comment des milliers de vies seraient épargnées si les procédures étaient suivies à la lettre, étape par étape.

 

La plupart d’entres nous n’avons pas de vies entre les mains, mais des procédures claires et optimisées ne font pas que nous permettre de sauver du temps, ça garantit un service de qualité à nos clients.

 

Vers l’infini et plus loin encore!


Comptabilité
 

  • Quand et comment on facture nos clients

  • Quand et comment on traite nos dépenses

  • Quels sont nos indicateurs de performances (KPI) et à quelle fréquence on les observe

  • ...

 

Consultez l'article complet sur La tranchée ICI 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Une nouvelle force vive au service des entreprises de la Montérégie !

April 26, 2018

1/3
Please reload

Posts Récents

October 25, 2018

Please reload

Archives