Pourquoi il faut redoubler d'efforts quand c'est «facile»

March 16, 2017

 

Il n’y a rien de facile dans la vie et encore moins en affaires. Par contre, on rencontre parfois un succès inespéré. C’est mon cas avec la campagne de sociofinancement de Hardbacon, qui a généré 30 802$ en contributions au moment d’écrire ces lignes. Et c’est probablement plus maintenant. 


Organiser cette campagne n’a pas été facile, comme je vous l’expliquais dans un précédent billet, mais atteindre l’objectif de 10 000$ de la campagne n’a pas demandé beaucoup d’efforts. Ça s’est fait en moins de quatre heures et, à la fin de la première journée, il restait 40 jours à la campagne et l’objectif avait été atteint.


Certains se demandent pourquoi je fais la promo de ma campagne avec autant d’acharnement alors que mon objectif a été atteint. Je peux vous le dire tout de suite. Ce n’est pas parce que je n’ai rien d’autre à faire, bien au contraire. Avec les trois départs récents, je me retrouve plus débordé que jamais.


Il faudrait que je recrute, il faudrait que je fasse une ronde de financement et il faudrait que je déploie une nouvelle mouture de mon site Web. Pourtant, j’ai pas mal tout mis ça sur la glace, ou presque, afin de consacrer 100% de mes efforts à ma campagne.


J’ai pris cette décision, car les choses vont trop bien avec la campagne pour ne pas pousser encore plus fort. Nous avons touché à un problème auquel il n’y avait pas de solution jusqu’à maintenant. C’était mon intuition, mais les 416 personnes qui ont contribué à notre campagne l’ont confirmé. Les gens veulent en savoir plus sur la Bourse et l’investissement, mais ils ne veulent pas se faire chier à lire des centaines de pages truffées de mots qu’ils ne comprennent pas, ni suivre un cours où ils auront besoin de Red Bull pour rester éveillé. 


Avant de lancer la campagne, j’avais un plan B. De manière à ne pas perdre la face, si la campagne ne levait pas, j’allais prendre le téléphone et tenter de vendre, au téléphone, des forfaits corporatifs à 500$ et à 1500$ afin d’atteindre le cap des 10 000$. Ça aurait probablement été mieux de laisser la campagne mourrir, advenant un tel scénario, mais j’aurais fais ça afin d’éviter l’opprobre d’un échec à Hardbacon.


Finalement, la réalité s'est avérée toute autre. Je suis heureux de constater que 75% des 30 802$ qu’on a amassé provient de contributions de 100$ et moins. Bref, la plupart de l’argent provient de gens qui veulent suivre notre cours en ligne.


Aujourd’hui, ce serait fou d’ignorer la fenêtre d’opportunité que j’ai devant moi durant les trois semaines qu’il reste à notre campagne. Surtout que cette campagne nous permet d’obtenir de l’argent, des clients qui deviendront fort probablement les premiers utilisateurs de notre app et une certaine crédibilité auprès des investisseurs. Bref, trois choses dont j’ai besoin pour faire de Hardbacon un succès.

 

 

Poursuivez votre lecture sur Les affaires ICI 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Une nouvelle force vive au service des entreprises de la Montérégie !

April 26, 2018

1/3
Please reload

Posts Récents

October 25, 2018