Charles Mony , l'entrepreneur-explorateur

March 9, 2017

 

Charles Mony a réussi. Désormais, il veut mettre son sens des affaires au service du microtourisme solidaire. Portrait d’un entrepreneur qui veut changer le monde, un village à la fois.

 

C’est sur le quai du yacht-club de Québec que je dois retrouver Charles Mony, avant son départ pour la Transat Québec-Saint-Malo sur le trimaran fuselé du navigateur français Gilles Lamiré. La voile est devenue une passion pour ce Québécois d’origine française, surtout depuis le demi-tour du monde que lui et sa conjointe, Isabelle, se sont offert avec leurs enfants. Et la compétition n’est pas pour déplaire à ce jeune quinquagénaire sympathique qui se définit comme un « entrepreneur-explorateur ».

Un entrepreneur presque par hasard, qui dévie, un beau matin, de son destin tout tracé de « cadre supérieur » chez Renault, ou une autre grosse boite du genre, en ce début des années 1990. Diplômé des grandes écoles, un doctorat en 3D et univers numérique pour le design et la fabrication mécanique en poche, Charles, Isabelle et leurs trois jeunes enfants prennent la poudre d’escampette pour tenter la grande aventure au Québec.

 

En pleine crise économique, Charles se lance dans l’imprimante 3D et, après quelques années, l’entreprise qu’il crée atteint les 10 millions de dollars de chiffre d’affaires. Plus tard, en 2002, il fonde Creaform avec Martin Lamontagne et Gilles Bernigaud. La numérisation 3D est à son apogée sur les marchés mondiaux, surtout sur le plus porteur de tous : la Chine. Quand les gens d’affaires hésitent à investir en pleine récession, Charles et ses associés, eux, parient sur la relance et se préparent à riposter. Résultat : 100 millions de dollars de chiffre d’affaires, 450 employés et des filiales en Chine, au Japon, en France, en Allemagne et en Inde. « Les gens ne croyaient pas au tout premier scanneur laser qu’on a sorti, se souvient Charles, c’est devenu l’un des plus gros vendeurs sur le marché international. » La NASA se procure le modèle Handyscan 3D en 2007!

 

Sa réussite, Charles Mony l’attribue à sa détermination, mais surtout à sa passion et à son sens de l’innovation. « Pas seulement à cause des produits qu’on fabriquait, mais surtout pour la manière innovante de mener les choses à l’interne », dit-il. Pendant son tour du monde familial à la voile, la boite double son chiffre d’affaires : le dirigeant a développé le sentiment d’appartenance au sein de l’entreprise en permettant aux employés de devenir actionnaires après deux ans à l’emploi de Creaform. Lui et ses associés prônent un mode de gestion participatif et inclusif, à l’image de la néoentreprise. « Partir en affaires, c’est comme naviguer à la voile, résume Charles. Devant toi, il y a des défis, un cap à tenir, des moyens à mettre en place et un équipage. » Simple comme bonjour.

 

 

Accédez à l'article complet sur la revue gestion du HEC de Montréal ICI 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Une nouvelle force vive au service des entreprises de la Montérégie !

April 26, 2018

1/3
Please reload

Posts Récents

October 25, 2018

Please reload

Archives