L'entrepreneuriat comme remède à la dépression?

February 21, 2017

 

En cette époque de mal de vivre, de burn-out et de dépression, il est facile de renoncer, de se dire qu’on est bien peu de choses, qu’on mérite ce que l’on a et de se laisser aller à la dépression, mais cela n’a pas à être ainsi !

 

Voici cinq raisons pour lesquelles je crois que l’entrepreneuriat peut agir comme

remède et remédier à ce fléau*.

 

1— Entreprendre vous redonne le contrôle de votre vie


Jouer à la victime est tellement facile. Ça va mal parce que :

 

  • mon boss/conjoint(e)/voisin/l’univers ne me comprend pas ;

  • l’économie va mal ;

  • la société devient individualiste, égoïste et tout part à vau-l’eau.

 

Peu importe la raison, ce qui reste constant, avouons-le, c’est que c’est de la faute aux autres et qu’on ne peut rien y faire…

 

J’ai toutefois observé, depuis quelques années, que lorsque les gens lancent un projet entrepreneurial, cela les aide à quitter leur rôle de victime, et ce, malgré le fait que les entrepreneurs ne sont pas responsables de tous les éléments négatifs de leur environnement… Comme si le fait de nous remettre au centre de notre vie professionnelle nous aidait à reprendre le contrôle de notre vie.

 

Évidemment, un coup dur reste un coup dur, mais pour la même raison qu’on a moins peur au volant de notre voiture que sur le siège du passager, entreprendre agirait comme un remède à la morosité ambiante en nous redonnant le contrôle sur notre destinée.

 

2— Entreprendre libère des endorphines


Entreprendre, c’est cumuler des succès et des échecs, mais tout comme dans le sport, ces « highs » et ces « lows » permettent de générer des endorphines, cette drogue du bonheur.

 

La majorité des entrepreneurs vous le diront : il n’y a pas de plus grande victoire qu’un premier contrat signé, qu’un premier client qui vous dit oui, qu’un premier employé qui rejoint votre équipe, que l’ouverture de votre bureau ou de votre magasin… Tous ces événements sont de puissants générateurs d’endorphine. Et comme n’importe quelle drogue, elle nous pousse à continuer à rechercher notre dose. Si en plus, leur entreprise aide concrètement les autres en offrant des produits ou des services utiles, l’effet est démultiplié… Un peu comme une surdose !

 

Les succès et les échecs sont ce qui pousse l’entrepreneur vers l’avant, ce qui le pousse à se dépasser et à repousser ainsi la dépression.

 

3— Entreprendre c’est apprendre


Je crois que l’entrepreneuriat est la plus belle école du monde. C’est une école ancrée dans le monde réel, axée sur l’action, tournée vers les gens. Que demander de plus ?

 

Je remarque que j’ai plus appris de compétences transversales dans mes deux dernières années comme entrepreneur que dans toute la décennie précédente. Au niveau professionnel, ces compétences transversales sont la clé d’un épanouissement personnel au travail. En effet, peu importe ce qui m’arrivera demain, mes nouvelles compétences en marketing, en gestion, en vente, en négociation, en créativité, au niveau technique et en ressources humaines, sont 100 % transférables dans n’importe quel nouveau rôle, que ce soit comme employé ou comme entrepreneur.

 

Ce sentiment d’évoluer, de grandir aide clairement à combattre le phénomène de dépression en créant du mouvement, de la satisfaction personnelle et du mieux-être.

Ne dit-on pas que l’on meurt lorsqu’on cesse d’apprendre ?

 

4— Entreprendre permet de libérer sa créativité


Pour plusieurs personnes, une des causes de dépression est l’aliénation qu’ils subissent dans leur travail. Faire toujours la même chose (ou presque), jour après jour, ne pas voir le sens de tout ce labeur, ne pas être reconnu à sa pleine valeur, voilà autant de facteurs menant à la dépression.

 

En lançant un projet entrepreneurial, on peut libérer notre créativité ! Que ça soit dans la conception de notre idée en tant que telle, dans la création de notre matériel publicitaire ou dans notre façon d’approcher nos clients, nous pouvons utiliser cette créativité inutilisée depuis plusieurs années.

 

Ce fort sentiment de libération et de pouvoir retrouvé permet de combattre l’aliénation vécue dans des entreprises trop contraignantes où le sens du travail est souvent absent et où les nombreuses règles briment les individus.

 

5— Entreprendre permet de s’occuper l’esprit


Pour plusieurs personnes occupant un emploi peu valorisant intellectuellement, ayant du temps libre ou pour les retraités en quête d’une occupation, l’entrepreneuriat est une occupation plus que parfaite pour garder les neurones actifs. À ce titre, la diversité des différentes tâches à accomplir nous oblige à rester aux aguets, le couteau entre les dents (OK, j’exagère un peu), mais chose certaine, cela garde l’esprit éveillé.

 

Par exemple, j’ai rencontré tellement de nouvelles personnes dans mes deux dernières années que cela a forcé mes neurones mémoriels à se dupliquer (ou à apprendre l’humilité d’avouer mes limites dans certains cas) !

 

S’occuper l’esprit permet de repousser les idées noires qui surviennent dans l’absence de projets.

 

Entreprendre comme moyen de vaincre la dépression


Finalement, ce qui compte pour vaincre la dépression, c’est avant tout d’avoir l’impression qu’on avance, qu’on progresse vers quelque chose de mieux. Que ce soit en reprenant le contrôle de sa vie, en apprenant de nouvelles choses, en libérant sa créativité ou en s’occupant l’esprit avec un projet qui nous stimule, l’entrepreneuriat fait œuvre utile en rendant le monde meilleur, un individu à la fois, un entrepreneur à la fois. 😉

 

Et vous, vous y croyez ?

 

 

Vous pouvez lire plusieurs articles de Ian-Patrick sur le Lime Blogue ICI 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Une nouvelle force vive au service des entreprises de la Montérégie !

April 26, 2018

1/3
Please reload

Posts Récents

October 25, 2018

Please reload

Archives