5 gaffes à éviter pour garder ses finances à flot

February 16, 2017

 

Nicolas Boivin, professeur titulaire au Département des sciences comptables de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et fiscaliste, a noté les comportements à risque suivants, adoptés souvent par méconnaissance des bonnes habitudes de consommation.

 

 

1. Ne pas faire de budget
«C'est l'équivalent de naviguer sans gouvernail, dit-il d'entrée de jeu. On consomme sans aucun plan ni aucune balise, au gré des tentations. On peut couler le navire avec un comportement de ce type.»

 

Selon une étude faite par l'Association canadienne de la paie, 46% des Canadiens font un budget et, dans ce groupe, 93% le respectent. «Ces chiffres parlent d'eux-mêmes, faire un budget, ça fonctionne! Il nous indique notre capacité de consommer, ce qui évite de confondre capacité de payer et occasions d'emprunter qui se présentent souvent à nous. «Ce n'est pas parce qu'on nous propose un financement que l'on peut s'offrir le produit. Il faut se fier à ce que nous dit notre budget», précise-t-il.

Avec ses 2 méthodes faciles à utiliser pour établir un budget, il défait le mythe qu'il faut être bon en maths pour y arriver.

Version normale


Addition et soustraction seulement sont requises, avec 2 colonnes : une pour les revenus du mois et l'autre pour les dépenses mensuelles prévues. Attention, toutes les dépenses de consommation sans exception doivent être listées pour mettre en lumière si les revenus suffisent à couvrir les dépenses.

Version allégée


Pour ceux qui n'aiment pas les chiffres. Chaque fin de mois, mettre tous les relevés de dettes de consommation (carte de crédit, marge de crédit, voiture, etc.) côte à côte sur le bureau et les prendre en photo. Un mois plus tard, répéter le même exercice. Si le solde des dettes augmente d'une photo à l'autre... la lumière rouge s'allume : les dépenses dépassent les revenus!

 

2. Se payer tout ce qu'on veut sans aucune contrainte


«C'est impossible, le bateau coulera à pic! Comme consommateur, il faut au contraire avoir des contraintes significatives, un peu douloureuses. Encore plus pour des jeunes qui n'ont pas de richesse d'accumulée.

 

Sans se priver de tout, sentir des restrictions nous rappelle que nous maîtrisons nos finances et que nous ne cédons pas à toutes nos envies. À l'inverse, si l'on ne se sent jamais frustré parce qu'on se prive d'une consommation, cela démontre clairement qu'on consomme trop», souligne le fiscaliste.

 

Où réduire?


Transport : revoir son mode de déplacement, du plus économe au plus coûteux :
. Privilégier le transport en commun.
. Envisager l'achat d'une voiture usagée; sinon, choisir un modèle économique,
  durable, à prix raisonnable.
. Éviter le pire : location d'une auto neuve tous les 3 ans. 

 

Vêtements : griffés... vraiment ?
. Leur première utilité, c'est de nous vêtir. Même si l'aspect social joue pour
  beaucoup, opter pour des vêtements qui coûtent moins cher.

 

Restaurants, tabagisme, voyages... 

 

Apprenez davantage de trucs en lisant l'intégrale du texte sur le site de Desjardins ICI 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Une nouvelle force vive au service des entreprises de la Montérégie !

April 26, 2018

1/3
Please reload

Posts Récents

October 25, 2018